Trouver l’amour sur internet avec Meetic, Adopte un mec…

1
839
Les sites de rencontre

Aujourd’hui en France, les célibataires sont au nombre de 18 millions. Depuis les débuts d’Internet, les sites de rencontre se sont multipliés sur la toile. Ils étaient au nombre de 2 000 début 2013 et chaque jour, de nouveaux sites voient le jour.

Quel est devenu aujourd’hui le credo de ces sites de rencontre ? Ils cherchent à réunir les personnes ayant des traits communs. Cela commence par les sites communautaires généralistes, qui ont le plus de succès, comme « Meetic » avec « Meetic Affinity », qui vous propose de remplir une fiche afin de trouver des profils compatibles, c’est-à-dire avec lesquels vous partagez un certains nombre de ressemblances. Plus flagrant, l’envolée des sites mettant en avant une particularité précise : confession, statut social (Attractive World), physique, pratiques sexuelles, situation familiale (solofamily) etc.

Cette tendance s’explique bien sûr en premier lieu par le souci des créateurs de sites de rencontre de se faire une place sur ce marché. Mais l’écho chez les internautes célibataires, réel, provient du fait que chacun recherche consciemment ou non une personne qui lui ressemble. Si l’on regarde les couples déjà formés, on remarquera qu’en général, les deux conjoints partagent un certain nombre de critères communs : le niveau d’études (56% des couples), l’éducation etc. Au niveau physique, les partenaires auraient plus de ressemblances entre eux qu’avec des personnes prises au hasard au sein de la population !

Pour trouver l’âme sœur sur Internet, les célibataires qui ont recours aux sites de rencontres, soit environ 6 millions de personnes, sélectionneraient donc automatiquement des partenaires potentiels qui partagent des critères communs. Il s’agit d’une logique sécuritaire et narcissique née de nos sociétés individualistes.

Mais a t-on réellement plus de chances de trouver l’âme sœur sur Internet en cherchant « une moitié » qui serait comme notre double ? Ou s’empêche t-on une mixité sociale qui pourrait être bénéfique à nos amours ?

On remarque que la plupart des rencontres se faisant au sein de cercles amicaux fermés ou au sein de groupes de partage semi-fermés, les couples se forment souvent sur la ressemblance. En élargissant les rencontres, dans un bar tous publics par exemple, on remarquera aussi que « qui se ressemble s’assemble » (les couples sans aucun critères en commun représentent moins de 1% des couples).

Finalement, il semblerait que pour trouver l’âme sœur sur Internet, il faille passer par cette présélection souvent opérée par les célibataires et que les sites de rencontres mettent en place pour nous, en avance de phase.

Se ressembler n’est donc pas indispensable mais aide a priori à créer un duo fonctionnel qui partage des valeurs communes.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY